Un vieux conte hindou qui raconte une belle légende… 

« Il y eut un temps où tous les hommes étaient des Dieux. Mais ils abusèrent tellement de leur divinité, que Brahmâ, le maître des Dieux, décida de leur ôter le pouvoir divin et de le cacher dans un endroit impossible à retrouver. Mais où trouver une cachette ?

Lorsque les Dieux mineurs furent convoqués à un conseil pour résoudre ce problème, ils proposèrent d’enterrer la divinité de l’homme au fond de la Terre. Mais Brahmâ répondit : « Non, ça ne suffit pas, car l’homme creusera et la trouvera. » Alors les dieux répliquèrent : « Dans ce cas, jetons la divinité de l’homme dans le plus profond des océans ». Mais Brahmâ répondit à nouveau : « Non, car tôt ou tard, l’homme explorera les profondeurs de tous les océans et il est certain qu’un jour, il la trouvera et la remontera à la surface ». Alors les dieux conclurent : « Nous ne savons pas où la cacher car il ne semble pas exister sur terre ou dans la mer d’endroit que l’homme ne puisse atteindre un jour ». Alors Brahmâ dit : « Voici ce que nous ferons de la divinité de l’homme : nous la cacherons au plus profond de lui-même, car c’est le seul endroit où il ne pensera jamais à chercher ».

Depuis ce temps-là, conclut la légende, l’homme a fait le tour de la terre, il a exploré, escaladé, plongé, à la recherche de quelque chose qui se trouve en Lui » …

L’homme dit cette légende s’est tant éloigné de son unité originelle, tant délié de son héritage spirituel qu’il en a perdu jusqu’à la connaissance de l’existence en lui, de cette petite graine de sacré. Petite graine, disent les traditions, qui est la signature de la présence du Divin en chacun…

Alors, si nous avons perdu de vue cette dimension sacrée de l’humain, comment manifester dans le monde notre origine divine ?…

Comment recontacter l’aspect sacré de la Vie si nous avons rompu avec notre cœur ?…

Comment garder confiance en la beauté de l’homme et planter à notre tour, des graines d’amour et de joie autour de nous ?…

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *